Produits agricoles/ Jennifer Cérès (Ava) à l’État : « Attention, des acheteurs véreux maltraitent nos paysans ! »

0

A l’évidence son titre d’« Ambassadrice de l’Agriculture » n’est pas que ronflant. Et cette fois la téméraire Jennifer Cérès tape du poing sur la table.  Mme ‘’Braves Paysans’’ dénonce en effet les manœuvres subversives de certains acheteurs de produits agricoles. Ceux-là qui accroissent la pénibilité du travail de la terre en se jouant des planteurs.

4

Pour une fois Jennifer Cérès parait  très remontée : « Tous ceux qui vont faire des achats bord champ doivent savoir que nos paysans ont déjà assez difficultés. Il serait donc malsain d’en rajouter. »  Par le truchement  d’une vidéo postée ce jour sur les réseaux sociaux, la présentatrice du magazine télévisé ‘’Braves Paysans’’  a indiqué qu’elle souhaitait  attirer l’attention des pouvoirs publics sur un fait.  Selon elle  des acheteurs ont le malin plaisir de prendre les produits agricoles à crédit et se permettent de ne pas payer les producteurs. Ce, des jours voire des semaines après que ces indélicats négociants aient pris lesdites productions agricoles.

Lire Aussi : Promotion des bonnes pratiques agricoles : Jennifer Cérès retourne à la terre, les JNVA aussi

D’ailleurs présidente de l’Agence pour la Valorisation de l’Agriculture (Ava) n’use pas du dos de la cuillère le faire savoir : «  Si vous n’avez pas les moyens d’acheter les produits alors de grâce, éviter de narguer ces vaillants travailleurs… Les paysans ne méritent pas ça ! » Martèle-t-elle.

L’auteure du ras-le-bol affirme être en contact permanent avec le monde agricole. Connexion par le canal duquel les informations lui sont remontées constamment. C’est ainsi que Mme Cérès a été alertée sur ces basses manœuvres.

Celle qui est par ailleurs membre du Conseil économique social et environnemental dit ne « pas accepter  que des produits issus de durs labeurs soient pris non seulement à crédit mais aussi payés à vils prix. » En fait prétextant la forte périssabilité desdits produits (tomate, aubergine etc..), dans leur logique malveillante, ces indélicats acheteurs avancent des préjudices subis dans la chaîne de distribution.  Histoire de pouvoir verser des miettes aux agriculteurs.

Lire Aussi : Côte d’Ivoire/ Présidentielle d’accord, mais l’Ivoirien doit pouvoir se nourrir, d’où les JNVA

Justement pour solutionner ce  phénomène de pertes après récolte, la promotrice des Jnva a révélé qu’elle fait en ce moment un plaidoyer auprès des pouvoirs publics. A l’effet d’’installer des petites unités de transformation dans toutes les  zones de production agricole de Côte d’Ivoire.

 Jennifer Cérès dit avoir mal face à cette situation. Elle qui consacre temps et argent à encourager  la jeunesse au retour à la terre.  « Nous faisons la promotion de tous ceux qui réussissent par la terre afin de renforcer notre message. Car la terre nourrit bien celui qui sait la mettre en valeur. Et l’Agriculture aide aujourd’hui plus d’un jeune à  sortir de la précarité. » Fait-elle savoir. Avant d’annoncer que les populations en sauront plus bientôt sur la 10è édition des Jnva. Pour finir elle a remercié les paysans «  pour la confiance » et tout félicitant  le ministre d’État, ministre de l’Agriculture, M. Kobenan K. Adjoumani pour sa nomination.

Marius Aka Fils  

 

commentaires
Loading...