‘’On ne finit jamais d’apprendre’’ : notre expérience du jardin botanique de Bingerville ce samedi  

0

En quête de repos et de souffle nouveau, nous avons choisi de nous réfugier, un moment, dans l’antre du jardin botanique ce samedi 12 décembre. C’est le week-end. Nous remarquons tout de suite que nous ne sommes pas  les seuls patients de la thérapie du calme. Quoi de plus adéquat quand on s’est tapé un si long bouchon. Nous en profitons d’ailleurs pour conseiller aux impatients d’éviter l’axe Cocody-Bingerville les week-ends. Sous peine de piquer une crise.

4

Il y avait un beau monde en ce vaste conservatoire des plantes. D’un côté deux tourtereaux venus oindre leur idylle. A la manière Adan et Eve ; devant une cinquantaine de témoins. Par endroits de petits groupes de personnes partageant une agape.

Une brève randonnée pédestre et la belle ombre offerte gracieusement par un géant fromager nous impose une halte. Assis nous reprenons notre lecture de ‘’Ainsi parla Zarathoustra’’. Ce livre (poème) philosophique de Friedrich Nietzsche. Document que nous gardons jalousement depuis la classe de terminale. Vous prendrez forcément du plaisir à le lire, le relire autant de fois. Petites recommandation désintéressée.

La déconcentration due au sentiment du déjà vu/lu aidant, les mouvements environnants régentaient finalement notre attention. Et la curiosité nous ayant fortement déformé, nous-nous rapprochons davantage d’un spectacle peu ordinaire. A dire vrai c’est plutôt les termes employés par cet autre groupe qui nous attirent « Monsieur l’évaluateur général…  Madame la grammairienne… Monsieur le chronométreur…etc. »

Feignant de communiquer au téléphone nous-nous apercevons qu’il s’agit d’un clubToastmaster https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Toastmasters; précisément Agora Toastmaster. En réalité, nous avons quelques connaissances balbutiantes du fonctionnement de cette entité. Pour avoir été brièvement  membre entre 2015 et 2016.

Pour confabuler [nous avons appris ce mots à cette session (réunion)] nous dirons qu’il s’agit d’une école libre. Plateforme d’apprentissage, de recyclage et d’amélioration des compétences en communication et en leadership. A cette école on apprend efficacement la prise de parole en public.  A Toastmaster, les bègues domptent leur handicap et finissent par s’en débarrasser. On y enseigne des techniques simples mais très efficaces en effet. Il convient de noter qu’entre temps, l’un des membres, une vielle connaissance des années campus, nous a toute suite reconnue puis convié aussitôt à ladite session.

Lire Aussi : Police/Découvrons le Sgt/C. Dibié Dibié Francks M. : l’unique Masseur-Kiné-Rééducateur ivoirien !

Nous étions admiratif des intervenants. Mais notre plus grande admiration a été de  ‘’surprendre M. Dabila Ouattara, le « tout nouveau Toastmaster ». Figurez-vous que celui dont nous parlons est cadre chez Brassivoire. Précisément Corporate Affairs Manager. Autrement dit acteur du top management de la brasserie  productrice des bières Ivoire.

Avoir un tel niveau de compétence suppose qu’on détient un background solide. Quoique Dabila lui, voit les choses autrement : « Nous avons le niveau requis pour échanger avec nos partenaires aussi bien en Français et en Anglais. Quel que soit l’interlocuteur. Sauf que pour l’Anglais par exemple l’exercice se limite à ces échanges. Or comme toute langue vivante, ne pas la pratiquer fait perdre certains automatismes. Raison pour laquelle j’ai choisi ce club bilingue. Encore qu’avec Toastmaster j’ai par exemple l’opportunité de donner du coffre à mon leadership et pleins d’autres avantages. »  Justifie-il. On ne finit jamais d’apprendre. L’illustration de la maxime est plus que parfaite.

Marius Aka Fils     

commentaires
Loading...