‘’On ne finit jamais d’apprendre’’ : notre expérience ‘’Dabila Ouattara’’ du jardin botanique

0
En quête de repos et de souffle nouveau, nous avons choisi de nous réfugier, un moment, dans l’antre du jardin botanique  samedi 12 décembre. C’est le week-end. Nous le constatons tout de suite. Les seuls patients de la thérapie du calme sont nombreux. Quoi de plus adéquat quand on s’est tapé un si long bouchon. Nous en profitons d’ailleurs pour conseiller aux impatients d’éviter l’axe Cocody-Bingerville les week-ends.
Toastmaster, Dabila Ouattara
On ne finit jamais d’apprendre
Il y avait un beau monde en ce vaste conservatoire de plantes. D’un côté deux tourtereaux venus oindre leur idylle. A la manière Adan et Eve ; devant une cinquantaine de témoins. Par endroits de petits groupes de personnes partageant une agape.
Une brève randonnée pédestre puis nous-nous rangeons à l’ombre d’un géant fromager. Assis nous reprenons notre (ré) lecture de ‘’Ainsi parla Zarathoustra’’ du philosophe de Friedrich Nietzsche. La curiosité nous ayant fortement déformé, nous-nous rapprochons davantage d’un groupe dont les termes d’échanges nous attirent « Monsieur l’évaluateur général…Madame la grammairienne… Monsieur le chronométreur…etc. »
Feignant de communiquer au téléphone nous-nous apercevons qu’il s’agit d’un club Toastmaster ; précisément Agora Toastmaster. En réalité, nous avons des connaissances balbutiantes du fonctionnement de cette entité. Pour avoir été brièvement membre entre 2015 et 2016.
Pour confabuler-nous avons appris ce mots à cette session (réunion) – nous dirons qu’il s’agit d’une école libre. Plateforme d’apprentissage et d’amélioration des compétences en communication et en leadership. Il convient de noter qu’entre temps, l’un des membres, une vielle connaissance des années campus, nous a conviés à ladite session.
Nous étions admiratif des intervenants. Mais notre plus grande admiration a été de ”surprendre” M. Dabila Ouattara, le « tout nouveau Toastmaster » par ailleurs cadre chez Brassivoire. Précisément Corporate Affairs Manager de la brasserie productrice des bières Ivoire.  Il nous livre les raisons de sa présence  : « Ce qui compte le plus dans la vie c’est la ligne d’arrivée, pas le départ.  La vie est dès lors plus difficile lorsqu’on arrête d’évoluer et d’apprendre. Voici ma philosophie que je tiens de mon mentor John Maxwell »  Justifie-il. Effectivement on ne finit jamais d’apprendre, ainsi ’illustration que ce qui est bon devient excellent grâce à l’humilité.
Marius Aka Fils
commentaires
Loading...