Exclusif/ Gobé Allou : Galères-reconversion, l’argent d’ Houphouët, Mary Konaté, ses K.O…Le Boxeur cogne fort !

0

Il soufflait sa 58e bougie le 11 mars dernier à Paris. Pourtant du berceau de Nakiahio (S/p  de Saioua) à Nanterre, le chemin n’était pas tracé d’avance. Car il s’est opérée une métamorphose entre la période du K.O de Mary Konaté et celle du long- métrage ‘’Protection Rapprochée’’. Redécouvrons notre Champion-Boxeur Gobé Allou. Dans cette interview exclusive, il rechausse les gants et n’épargne rien ni personne.

4

Inprouvafrica.com : L’arrêt de votre carrière a surpris plus d’un. Que s’est-il réellement passé ?

Gobé Allou (GA) : J’ai dû ranger les gants suite au décès de mon manager Jean Bretonnel. J’étais totalement  désemparé car il était pour beaucoup dans ma carrière de boxeur professionnel.

Inprouvafrica : Qu’est-ce qui a motivé l’aventure hexagonale ?

G.A : J’avais tellement envie de poursuivre ma carrière. Il faut dire que je suis passé professionnel en 1979 sur décision du Sg de l’Association Africaine de Boxe Amateur, le Col. Moquet.  Et jusqu’en 83 je n’ai fait que trois (3) combats pro. Je suis parti de la Côte d’Ivoire sur autorisation de la FIB. Ma dernière sélection l’équipe nationale pour le championnat du monde militaire à Séoul date de 79. En France j’ai été accueilli par le Centre Omnisports Massy Palaiseau. Ensuite dans l’écurie de Frankie Lesage. Enfin j’ai atterri  dans l’équipe de feu Jean Bretonnel, Manager numéro 1 européen.

Inprouvafrica : Galère qui finit par remuer d’autres cordes à l’arc  …

G.A : J’ai commencé par me rapprocher davantage de la musique moderne ainsi que du 7e Art. Disons que depuis le ring j’ambitionnais d’être acteur de cinéma. Les portes se sont heureusement ouvertes. J’ai donc Coréalisé trois (3) longs métrages. Le premier film s’intitulant  ‘’ L’argent toujours l’argent’’, le second ‘’Protection rapprochée’’ ensuite un 3è ‘’ Le visage caché d’un amour’’. Puis  ‘’Le Code secret’’ dont le tournage prévu juin 2020 fut perturbé par le covid-19.

Lire Aussi : Cinéma : Qui est vraiment « Hamed », ce flic aux gris-gris de la série National Security ?

Inprouvafrica : Gobé Allou, pour les plus jeunes, c’est quoi les temps forts de votre carrière ?

G.A : D’abord mon combat contre le poids lourd camerounais Jacob Tchientchou à Montreuil (Paris) en 1985. C’était très dur. Ce boxeur m’a envoyé 3 fois au tapis en 3 rounds. Mais j’ai pu lui rendre coups pour coups en l’envoyant également 3 fois au sol. Le combat tout aussi coriace fut celui contre Francesco Damiani. J’avais obtenu ma revanche en le battant  par KO à la 4e reprise. Puis le combat contre Mary Konaté. Cet athlète d’origine malienne acheté à l’époque par feu le Président Félix Houphouët-Boigny. Ce qui n’était pas du goût des boxeurs ivoiriens que nous étions. Encore qu’il avait été  désigné  arbitrairement  champion de Côte d’Ivoire.

Inprouvafrica : Soyez plus explicite…

G.A : Tout simplement on ne peut être champion sans mérite,  sans avoir combattu. Alors très remonté, j’ai écrit à la Fédération Ivoirienne de Boxe (FIB) depuis Paris. Sans réponse j’y suis allé et une fois sur les lieux j’ai été refoulé comme un malpropre par M. Henri Bourgoin, alors président. De retour en France j’ai porté plainte contre la FIB auprès de la Fédération Mondiale de Boxe (WBA). Qui a alors instruis la FIB d’organiser un duel  Gobé Allou Vs Mary Konaté.  Ce fut un véritable duel que j’ai eu l’honneur de l’emporter par abandon de mon adversaire à la 4e reprise. Cependant je n’ai reçu ni récompense, ni ceinture encore moins  un trophée. C’était épouvantable.

Inprouvafrica : Il se dit que le Président Houphouët aimait bien la boxe, en savez-vous quelque chose ?

G.A : Effectivement le Président Houphouët soutenait les boxeurs. Néanmoins il y avait trop d’intermédiaires mal intentionnés. Houphouët-Boigny ma reçu. Je ne saurai oublier ce jour-là. Il a aussi remis la première fois Douze (12) millions à Simplice Zinsou. Somme que j’ai effectivement perçue. Par contre il a donné  16 autres millions CFA à une personne dont je ne dirai pas le nom. Celui-ci ne m’a remis que 500000 francs CFA.  J’ai su la vérité le jour même de ma réception au Palais.

Inprouvafrica : Votre regard sur le noble art ivoirien ?

G.A : Pour être franc je suis déçu. (Ndlr : Il s’énerve) Pouvez-vous me donner l’adresse exacte de la FIB ? Par le passé le champion militaire Tchotche Sandou m’avait confié vouloir prendre les rênes de la Fédération. J’ai même préparé du matériel d’équipement de boxe en guise de contribution. A ma grande surprise il décède dans des conditions encore confuses. Par ailleurs je constate tout de même l’éclosion de nouveaux talents. Des jeunes dévoués qu’il faudra encadrer pour redorer le blason de la boxe ivoirienne.

Inprouvafrica : Et pour ça vous avez tout abandonné ?

G.A : Si  l’État de Côte d’Ivoire estime que je pourrais apporter quelque chose à cette discipline, je répondrai à l’appel de mon pays. Que l’on ne perde pas du vue le côté noble de cet art. A tout le moins il s’agit de l’un des héritages du Père de la Nation, le Président Félix Houphouët-Boigny.

Inprouvafrica : Avez-vous des ambitions à ce niveau ? En toute franchise…

G.A : Pour l’heure je ne vise aucun poste. Que ce soit diriger la fédération, m’occuper d’un club de boxe du moins organiser des combats. Je n’en ai pas les moyens pour l’instant. Cependant si l’État de Côte d’Ivoire me fait appel, je répondrai. Ici à Nanterre j’entraîne des jeunes, je dirige un gymnase regroupant un grand groupe de jeunes boxeurs.  Je retournerai au pays bientôt. Mais pas pour lutter quoi que ce soit avec qui que ce soit.  J’éviterai de me faire d’ennemis.

Inprouvafrica : Votre  mot de la fin ? 

G.A : Quand je boxais les Ivoiriens m’adulaient. Je suis persuadé que c’est encore le cas. Qu’ils sachent que  je les aime également. Peut-être plus fort. J’ai foi qu’un jour le peuple ivoirien aura de meilleurs boxeurs. Des sportifs plus talentueux que ceux de notre époque  pour le plaisir des amateurs de ce sport. A bientôt !

Interview téléphonique réalisée par Marius Aka Fils

commentaires
Loading...