Côte d’Ivoire : que Tidjane Thiam ne se laisse pas berner, quand bien même ça fait pâlir d’envie !

0

L’écho des coulisses se rapproche de plus en plus. Comme quoi Tidjane Thiam rêverait de briguer la magistrature suprême en Côte d’Ivoire. A la Macron ; à en croire certains. En joker pour le compte du Pdci-Rda selon d’autres. Espérons que ce soit de la diversion ou du moins de la politique-fiction.

Bien sûr que ça fait rêver. Le diagnostic présente un pays dont les citoyens sont las de leur classe politique. Une Côte d’Ivoire qui a soif de sang neuf. En guise de panacée donc, un Tidjane Thiam pourrait s’imaginer exploiter cette lassitude des Ivoiriens en jouant la carte du renouveau. Style Emmanuel Macron pour tout dire.

Lire Aussi: Côte d’Ivoire : ce (2ème +1) mandat voulu par Alassane Ouattara qui donne à réfléchir 

Prenons le 1er cas de figure. C’est-à-dire où l’ex-Directeur Général du Crédit Suisse décide de soumettre son projet de société/son programme de gouvernement aux Ivoiriens à la présidentielle de 2020. A dire vrai, il n’y a pas de problème. Si et seulement si cet As des Finances choisit 2020 comme match de préparation en prélude à 2025 voire bien au-delà.

Le fait est que le profil Tidjane Thiam parle à la fois pour et contre le candidat (éventuel). En sa faveur, on peut citer entre autres l’incarnation du providentiel, la technocratie, la jeunesse, la politique 2.0, le « plus naturel des fils d’Houphouët Boigny », le candidat sans antécédent [avec les crises meurtrières qui se sont succédé en Côte d’Ivoire], le prétendant antisystème.

Pour autant, ‘’l’homme providentiel’’ en construction en ce moment dans les hautes sphères, n’est pas le ‘’candidat’’ en qui les Ivoiriens ont toute confiance. D’abord parce que le produit  ‘’ Grand financier pouvant redresser l’économie…’’ ne trouvera plus bon accueil sur le marché électoral. C’est du déjà-vu. Ça sonne faux désormais. Car l’expérience démontre que même des ‘’savants’’ de cette discipline ont échoué. La Côte d’Ivoire est aujourd’hui surendettée pendant les Ivoiriens ont faim.

Lire Aussi :Côte d’Ivoire : Plus Soro parle, autant l’homme déçoit, moins le présidentiable convainc

« Vrai fils d’Houphouët-Boigny », cette approche ne marchera pas non plus. La Côte d’Ivoire n’est pas une propriété d’Houphouët et descendants. D’ailleurs l’Houphouétisme vendu des années durant au peuple a atteint sa date péremption. En plus de s’avérer une véritable bombe à retardement. En un mot l’Houphouétisme est finalement confligène. Anaky, Gnamien Konan, Bédié, Soro et Mabri pourront en témoigner. En sus, les inconditionnels du produit Houphouët se comptent du bout des doigts désormais. Eburnie a une population jeune en effet. La plupart de ceux qui iront dans les urnes ignorent littéralement cette marque.

‘’Homme sans tâche’’ c’est juste. Mais les Ivoiriens auront peur de s’en approcher. Car il n’est pas exclu que des ‘’Laborantins’’ sortent des ‘’dossiers’’ sur Thiam. Surtout s’il s’y aventurait. En même temps la manœuvre lui réussirait d’autant mieux dans le cas où le banquier avait été présent lorsque les populations vivaient l’enfer. Par exemple dans la crise sanitaire actuelle. Quand bien même ses Réseaux l’on fait atterrir à l’Union Africaine (UA), Institution pour le compte duquel  il a mission de « solliciter un soutien rapide et concret ».  Notamment auprès du G20 et de l’UE au profit du continent noir à l’effet d’aider celui-ci à relever les défis du moment.

Lire Aussi :Côte d’Ivoire/ Leadership politique : voyons de près l’exemple Mamadou Koulibaly

L’architecte en chef du redressement de l’établissement helvétique est, à en croire d’autres bruissements, annoncé comme futur joker du Pdci-Rda. Histoire de court-circuiter la machine Rhdp manœuvrée par Alassane Ouattara en vue d’un 2ème +1 mandat. Là encore  ce n’est pas du Fast Food.

De sérieuses confidences font savoir qu’il a y un réel malaise au sein de la Maison Verte. Bien que récessif pour l’heure, ce mal serait plus avancé comparativement à ceux qui minent le Fpi et le Rdr relooké Rhdp. Des Pdcéistes partisans du ”dégagisme” appellent à la mise à l’écart d’Henri Konan Bédié ( HKB) ; son establishment avec. Quand d’autres veulent certes du neuf mais plutôt du local. Cette grande formation politique fourmille d’un vivier assez important pour en sortir un candidat, arguent-ils.

Ce qui rendrait le parachutage de Thiam très complexe. Parce que le premier challenge est de rassembler le plus largement possible les militants. Or, si le Sphinx de Daoukro ose l’imposer, ce sera donner corps à la fragmentation du plus vieux parti. Il y a des cadres qui ont servi, transpiré, saigné et il faut plutôt songer à les récompenser plutôt que de leur servir du providentiel.

A supposer que le quarteron de décideurs ait accepté Tidjane Thiam (pour les besoins de la cause). Il faut bien se donner les chances de gagner effectivement sur le terrain. A ce niveau, les consignes de vote ne suffiront guère. Même sous la bannière Pdci, les Ivoiriens percevront Thiam comme un fantôme. Où était-il depuis ? Qu’a-t-il fait pour nous ? A ces questions les stratèges répondront certainement qu’il était dans l’antichambre. Et que depuis ce refuge, il a fait ci,  il a fait ça. Soit. Mais n’est-ce pas le même schéma que l’on veuille nous imposer ? A savoir un autre « pion de Blancs » ?

Lire Aussi : Côte d’Ivoire : retour de Gbagbo et B. Goudé, à entendre Me N’Dri Claver, on ne peut ne pas croire !

Et puis bien au-delà, notre brillant polytechnicien fut de 1994 à 98 Dg du Bnetd puis Ministre du Plan et du Développement sous HKB. Et on ne peut dire que c’était fameux. Du coup, ses détracteurs ou alors adversaires politiques sortiront cette casserole. En faisant un lien avec la gouvernance Bédié.

En somme, Tidjane Thiam, au cas où les rumeurs seraient fondées, ferait bon challenger. A condition qu’il se taille une veste d’antisystème authentique. Pour ce faire, il doit rentrer au bercail et d’ici vendre ses compétences incontestables au monde entier. Tout en se défaisant des ‘’réseaux’’ et surtout en se fondant dans la masse. Il est vrai que les âmes manipulables à souhait se comptent par milliers au sein de la population ivoirienne. Cependant il n’en demeure pas moins que les techniques d’information ont évolué. En clair, des personnes sauront les guider le moment venu. Aucune arnaque ne passera aussi facilement dans ce pays ! Que les experts en Marketing politique mentionnent la phrase qui précède en surbrillance sur leur calepin !

Marius Aka Fils     

commentaires
Loading...