Côte d’Ivoire : l’énigme Kouadio Konan Bertin (KKB) !

0

En langage sportif, il est l’athlète le plus coté du moment. Kouadio Konan Bertin (KKB) figure sur toutes les tablettes. Le Rhdp d’Alassane Ouattara et le Pdci-Rda d’Henri Konan Bédié sont aujourd’hui prêts à débourser du ‘’1000 chiffres’’ pour se l’offrir. Celui qui pourtant avant le 20 septembre 2020 on disait qu’il « ne pèse rien. » Heure du regret ; ultime minute de rattrapage.

Des trois (3) challengeurs de Ouattara retenus par le Conseil Constitutionnel, deux (2) ont refusé de participer à la présidentielle « dans ces conditions ». HKB depuis le dimanche 20 septembre dernier. Puis Pascal Affi N’Guessan hier. Il ne reste alors que l’ex-député de Port-Bouet.

Lire Aussi : Présidentielle/ Rejet des candidatures : Benjamin T. (Lider) ne mâche pas du tout ses mots !  

Soit KKB souscrit à l’appel de son mentor-adversaire et Ouattara se voit obligé de se soumettre au dictat de l’opposition. A savoir se retirer de la course et créer les conditions d’une élection digne de ce nom. Soit l’ancien président de la jeunesse du Pdci-Rda (Pdci) refuse de rejoindre le bloc anti-3ème mandat. Et concède de facto force de crédit à ce processus électoral controversé. Dans ce cas figure, celui qui croit fermement que l’attiéké a valeur marchande analogue au Cacao, suivra des traces difficilement délébiles de l’histoire.

Si le natif de Lakota s’obstine à challenger Ouattara malgré tout, KKB fera comme Laurent Gbagbo en 1990 contre Houphouët-Boigny. A l’époque, tous les opposants d’alors y compris le Sg du Fpi avaient décidé, au sortir d’une réunion à Korhogo, de ne pas participer aux élections. Quoique Laurent Gbagbo qui avait résolu secrètement de «  prendre rendez-vous avec l’histoire » s’est en définitive présenté.

En 1995 Henri Konan Bédié était quasiment dans la même posture que celle dans laquelle se trouve présentement Alassane Ouattara. Ce qui n’a pas empêché le Pr. Francis Wodié du Pit de se jeter à l’eau. Avant de s’adjuger une véritable douche froide. En 2000, l’époux de Simone Gbagbo a affronté et battu le Gl  Robert Guei qui venait d’écarter Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara. A noter que ce dernier n’était pas vraiment éligible à cette époque-là. L’actuel dirigeant ivoirien a été fait candidat pour la 1ère fois grâce à un décret spécial pris par un Laurent Gbagbo, ”le pistolet sous la tempe”. Note très importante !

Lire Aussi : Côte d’Ivoire /Front Populaire Ivoirien (FPI) : ce ‘’médecin’’ dont la propre santé nécessite des soins intensifs !

En somme, ça n’aura rien d’inédit si KKB « trahit » l’opposition en restant sourd l’appel à l’unité d’action. Sauf que le contexte actuel est peu particularité. Cette fois il y a plus grave que le soupçon de « fraude électorale » et de rejet de candidatures. A la suspicion de dépendance de la Commission Electorale Indépendante (CEI) et du Conseil Constitutionnel (CC) [Réf. Chrys Yapi], se greffe la gangrène « viol de la constitution ». En clair, en briguant un autre mandat, le Président sortant ne donne-t-il pas dans la parjure en profanant la loi fondamentale ? Affirmatif ! A en croire des démonstrations de haut vol venant de référents constitutionnalistes. En gros celui même qui élimine ses adversaires n’a pas le droit de candidater.

 Comprendre KKB !!!

 Le candidat indépendant transfuge du parti sexagénaire joue la montre en réalité. Jamais l’on imaginerait que sous « le grand Ado » les Nations Unies, la Cedeao, le Vatican… enverraient des émissaires pour le rappeler à l’ordre. Kouadio Konan Bertin est mieux placé pour savoir que ces élections ont de minces chances de se tenir à échéance. Alors bonjour la transition.

Lire Aussi : Présidentielle 2020/ Christian Boa (1000 Volontaires) : « Nous sommes la 1ère force politique non alignée en Côte d’Ivoire ! » 

Candidat et acteur politique le plus courtisé de l’heure, KKB surfe sur cette ‘’avance’’ pour se donner du coffre. Dans l’optique des discussions qui s’ouvriront une fois l’impasse reconnue par le régime au pouvoir. Il veut pouvoir discuter d’égal à égal avec Bédié, Soro, Affi, Gbagbo, Alassane, Mabri…. Parler entant que Kouadio Konan Bertin et non porteur de voix de Bédié.

KKB n’entend pas retourner chez son «  père ». Qui risque le remettre au rang des ‘’poseurs’’ de chaises de meeting. La côte ayant pris de l’altitude, il importe que le Sphinx de Daoukro sache qu’il s’agit désormais d’un enfant prodige. L’homme à choyer. Par ailleurs Charles Blé Goudé a exhorté son « ami » KKB  à « se mettre du bon côté de l’histoire ». Wait en See !

Marius Aka Fils

commentaires
Loading...