Côte d’Ivoire/ Affaire « Adjoumani récusé à Daoukro » : ce qu’il faut craindre !

0

Que tous ceux qui peuvent intervenir, le fassent maintenant. La Côte d’Ivoire a plutôt besoin d’urgentistes et non de légistes. Les dernières constantes du pays d’Houphouët inquiètent. Or dans exactement 6 moins, ce qui déchaine  le plus de passion, sera là : la présidentielle 2020.

4

Lire Aussi : Côte d’Ivoire/ Crise post-électorale : Si Grand-Bassam n’est pas réglée…

 

La particularité ivoirienne, à coup sûr, continuera d’«étonner le monde». C’est le pays où on empêche un « haut-parleur» de se rapprocher du ‘’magnétophone-émetteur’’, sa source d’émission. Parce que «  débranché » entre temps pour ‘’échos indésirables’’. Kobenan Kouassi Adjoumani  détenait pourtant toutes les  clés de la ville de Daoukro dans un passé récent. Répondeur automatique d’Henri Konan Bédié, l’appareil était surutilisé à l’époque. D’abord contre Laurent Gbagbo et ses Camarades Refondateurs, ensuite contre Alassane Ouattara et ses indéboulonnables.

Mais au final, le « Haut-parleur » a décidé de transmettre le son de la fréquence Rhdp. Court-circuitant ainsi le dispositif. Brouille que l’honorable Akoto Olivier tente d’en décrire les dégâts : « Nous on ne refuse personne à Daoukro. Il y a un Roi qui est là et le Roi son premier c’est Henri Konan Bédié. Les jeunes estiment que Adjoumani s’attaquent à Bédié à longueur de journée. C’est pourquoi ces jeunes-là ont demandé à Adjoumani de ne pas aller voir le Roi sinon tous les autres ministres ont été accueillis à bras ouverts », a confié le député de Daoukro. Suite à la prise de bec entre Adjoumani et des jeunes hier dans cette localité.

Ces propos sont celui d’une personnalité censée être ‘’Député de la nation’’. C’est-à-dire gardien des institutions et promoteur des valeurs républicaines. Donc problème.

En justifiant ces déviations, cette personnalité-pourtant communicant rompu [précédemment au Ministère de la Santé], crée/réveille un réel précédent. Si la visite sur les terres de Bédié; d’Adjoumani visait la provocation, alors le désormais « Haut-parleur » d’Alassane Ouattara aura réussi sa mission. En plus de se donner les arguments de ce qui pourrait être en préparation. Car il faut s’attendre à ce que Akoto Olivier voire Bédié et proches, soient persona non grata en ‘’territoires Rhdp’’.

Lire Aussi : Politique/ Soro Kanigui (Raci) : «Amadou Gon, Hamed Bakayoko n’effraient personne…Ado est fini !»

En fait il n’y a rien d’étonnant car et Akoto Olivier et Bédié, l’UE et biens de ‘’partenaires’’ avec, avaient fermés les yeux sur les séquestrations de militants pro-Gbagbo dans le Centre et le Nord ivoirien. A la faveur du 2ème tour de la présidentielle en 2010.

Malheureusement on risque fort de parler cette fois, d’ironie du sort. Puisque visiblement, si rien n’est fait, il n’y aura pas que les partisans du ‘’Woody’’. Ceux du ‘’Sphinx’’ en feront les frais. Encore que le Maire Rdr de Yopougon fait chasser  une délégation du Fpi envisageant simplement venir en aide aux pensionnaires de l’Institut des Aveugles.

Lire Aussi : Situation sociopolitique en Côte d’Ivoire : Blet Richard (¨Pdt Dlc) : « Nous avons le pouvoir de tout changer ! »

Malgré le brouhaha, Adjoumani et sa délégation ont pu tenir leur cérémonie de dons. Parce que sans doute « la colère » de Daoukro se limite aux cris. Aura-t-on droit à des réactions similaires à Korhogo, Boundiali, Kouto, Madinani dans 5 mois ? D’ailleurs qu’est-ce qui prouve qu’en lieu et place des mots, d’autres choses ne seront pas utiliser pour manifester leur désapprobation ? Quand on sait que ces élections se présentent comme ‘’le jubilé’’ de bon nombre des présidentiables ?

Inprouvafrica.com supplie dans un premier temps les politiques, d’arrêter instrumentaliser la jeunesse. Si « Adjoumani s’attaque à Bédié », il le fait avec un micro. Alors offrez-vous en  et attaquez Adjoumani et ses mandants si vous le souhaitez. Les attaques verbales, ce n’est rien que de la politique et vous en avez le talent d’ailleurs. Mais de grâce, n’envoyez plus la jeunesse à l’abattoir. Cette crise de covid19 a fait émergé  l’hypocrisie qui se cachait sous vos déclarations du genre «  Nous aimons le peuple, c’est pour les populations que nous-nous battons… »

A la société civile, La Grande Médiation, le Conseil économique et Sociale, Ministère de la cohésion, leaders religieux, Ong nationales et internationales, partenaires au développement, nous vous implorons d’agir maintenant.

Il n’y a aucun mérite dans une solidarité posthume. Par exemple interdire d’accès les navires transportant des médicaments pharmaceutiques puis brasser des milliards pour organiser des caravanes de pardon. Si vous aimez la Côte d’Ivoire, agissez maintenant. Car les signes ne sont pas bons.

Marius Aka Fils  

commentaires
Loading...