Politique en Côte d’Ivoire/ Retour de Gbagbo : les non-dits de l’adresse de Simone

0

Ce discours aurait pu être celui de l’époux. Si ce dernier n’avait pas privilégié les parvis de la « petite femme ». La politique étant le jeu de séduction par excellence. Laurent Gbagbo a eu l’opportunité d’exploiter les faux pas posés par le régime Ouattara autour de son comeback. Ce qui aurait accru davantage son capital sympathie.La nature n’aimant pas le vide, Simone Gbagbo, ‘’la grande femme’’expiée, reprend la main.

4

Simone Ehivet Gbagbo s’est adressée via une vidéo aux Ivoiriens ce mardi 6 juillet. Soit 18 jours après l’historique retour de son époux au bercail. Le temps de faire le deuil de l’émoi. Egalement du tohubohu ayant suivi « l’humiliation » de l’aéroport FHB. Vidéo pour également  contrecarrer la confusion. Il existe trois (3) Fpi (Gbagbo, Simone et Affi). Et l’après16 juin 2021 n’a fait que le consacrer. Déléguer sa parole pourrait s’avérer inefficace dans une telle configuration.

Lire Aussi : Côte d’Ivoire : lettre ouverte (recommandée) à Mme Simone Ehivet Gbagbo ; urgence signalée !

Une communication politique presque parfaite

La speaker du jour est de la race des génies politiques. Mieux vaut avoir Laurent Gbagbo en ami qu’en ennemi. Pour qui veut rester en vie dans la galaxie bleue. ’ Simone encense d’ailleurs celui qui l’évite depuis son arrivée : « Notre vision commune d’une nation forte et souveraine, d’une nation réconciliée, moderne, prospère et ouverte, d’une nation remplie de justice et d’équité, le Président Laurent Gbagbo l’a porté avec un brio inégalé encore aujourd’hui. »

Le camp Assoa Adou (Nady Bamba, sous-entendu) subtilement désavoué

Les trois courants (Fpi) sont persuadés qu’entretenir la division est contreproductif. Alors à défaut de se réconcilier, on joue la carte de l’apaisement, de la conciliation. Adopter une posture républicaine, renier sa posture belliqueuse afin de s’attirer des dévots. : « Ce retour, a aussi été le fruit de l’accord du Chef de l’État, M. Alassane Ouattara, de voir le Président Laurent Gbagbo, rentrer dans son pays. Je lui dis infiniment merci pour cela (…) »

Ces mots sont bien de Simone Gbagbo. La « mère des Gor » desserre son discours rigoriste. Il faut montrer à l’opinion qu’on n’est loin d’être la” mauvaise conseillère” présumée. Alors la native de Moossou n’exige plus mais «  plaide » plutôt pour le retour de Blé Goudé (…) Plus frappant, cet extrait : « – Libérer les nombreux prisonniers de la dernière crise politique dite ” du troisième mandat ». La « dame de fer » hôte son chapeau de guerre pour la circonstance. Elle n’ose pas assumer son récent rôle de combattante d’anti-3è mandat.  L’ex-Première Dame est docteur en sciences du langage. Autrement dit elle connait bien le sens des mots.

Ces séquences de son discours tranchent  avec la ligne Assoa Adou donc de Laurent Gbagbo. De ce côté-là c’est un peu la loi du talion. Laurent Gbagbo n’a jusque-là évoqué Alassane Ouattara. Sans doute en réplique au double jeu du régime. De toute façon Eds avait affirmé que Laurent Gbagbo n’avait pas besoin de l’accord de Ouattara pour regagner son pays. Juste une question de logique.

Lire Aussi : Lettre ouverte à SEM Alassane Ouattara : Cher Président, ce dernier acte et tout sera accompli !

Il faut dire que le régime n’a fait aucune communication officielle sur ce comeback. Même pas un communiqué d’ Akwaba du  ministre Konan Kouadio Bertin, censé se mettre au-dessus de la mêlée. Un peu comme le fait si bien ici la 2è Vice-présidente du Fpi en passant le rabot sur les écueils de l’accueil du 17 juin : « le Président Laurent Gbagbo est enfin parmi nous. Tout comme moi, vous avez été nombreux à lui réserver un accueil très chaleureux. Je vous en remercie et vous en suis très reconnaissante. »

Game of Trones, version Fpi  

Simone a dévissé son micro. Pour confondre ses détracteurs internes et externes. Ceux qui l’on étiquetée « ennemie de la paix » et surtout « haineuse ».  Pour elle l’heure n’est plus «  aux imprécations ! Ne donnons donc aucune place à l’amertume, à la rancune, à la douleur, à la déception et à la colère. »

Elle qui pourtant s’était invitée au protocole d’accueil à l’aéroport le 17 juin pour faire du sensationnel . ‘’Provocation’’ à laquelle a malheureusement cédé l’ex-prisonnier de Scheveningen. D’ailleurs l’on apprend que cette goutte d’eau a fait déborder le vase. Le scandale a volé la vedette au retour triomphale. Maculant négativement pour le coup l’image du « vainqueur de l’impérialisme »

Selon des sources Ehivet aurait reçu un coup de main du protocole de l’État pour s'”incruster” dans le dispositif ce jour-là. Ce qui vient confirmer les rumeurs de ses « liens » avec le camp Ouattara. D’où la demande de divorce précipitée et rendue publique par les services de Laurent Gbagbo.

Un autre antagoniste s’est glissé dans l’arène Fpi. La « petite femme » Nady Bamba,  jouit d’une campagne publicitaire initiée récemment par l’époux commun. Aborder la question amplifierait ladite pub. Il faut donc l’ignorer,  recadrer les choses en élevant le niveau du débat. D’où la séquence : « Au-delà de l’affection, de l’amitié, de l’amour et même, de l’attachement que tous nous portons à la personne du Président Laurent Gbagbo, nous ne devons jamais oublier que la grande aspiration du peuple, est de voir notre pays la Côte d’Ivoire, sortir définitivement de ses contradictions internes, de ses difficultés et de ses limitations. Ce peuple rêve d’une nation véritablement réconciliée, développée, modernisée. »

Mieux, à toutes fins utiles,  la « rivale » rappelle ses atouts de femme, son leadership : « J’ai été célébrée en Côte d’Ivoire, dans plusieurs pays africains, en France, en Angleterre, au Canada, pour ne citer que ces places. Des plateaux télés m’ont même été consacrés. Plusieurs vœux m’ont été transmis par des internautes sur les réseaux sociaux » Comme quoi «  l’appel de Gagnoa (Ndlr : dites merci à  ma petite femme » n’a pas grand écho. L’ex-députée d’Abobo termine son intervention en rassurant ses partisans et les autres Ivoiriens : «. Tout va bien ! ». Tout en les invitant à « garder le cap, les yeux fixés sur la vision »

Michel Gbagbo, le fils, a annoncé récemment que son père travaillait à racoler tous les morceaux du Fpi. Pour sûr, cette tâche ne sera pas aisée.

Marius Aka Fils

commentaires
Loading...