États généraux de l’éducation : déjà le 18 juillet, Tanosso (Bongouanou) ‘’anticipait’’,l’urgence aidant !  

0

Quarante et Un (41) élèves ont été célébrés pour leurs performances scolaires à Tanosso, le samedi 18 juillet dernier. En guise de récompense, ces méritants ont reçu chacun un Kit scolaire pour la rentrée prochaine. Œuvre de la mutuelle de développement dudit village (Mudesta). Plateforme qui entend ainsi venir en soutien aux acteurs locaux de l’éducation. Il faut dire qu’une nébuleuse menace fortement l’école de ce côté-là.

4

La composante ‘’Célébration’’ de cette cérémonie a permis de gratifier la quarantaine d’élèves sortant du lot. A raison des trois (3) premiers des douze classes du groupe scolaire qu’abrite la bourgade. Soit 36 distingués auxquels s’ajoutent les cinq (5) admis au concours d’entrée en 6è.

Lire Aussi Bongouanou / Affi inaugurera bientôt le dispensaire de Tanosso,mais avec une ‘’mention spéciale’’ !

Transition toute faite. La moisson est suffisamment maigre ; d’où la composante sensibilisation. Celle-ci a été précédée par un important conclave tripartite : parents d’élèves-encadreurs scolaires- cadres du village (délégation de la Mudesta). Des recommandations de ces assises de l’école à Tanosso, figure en bonne place l’exhortation de toutes les forces vives à une implication plus corsée dans le système scolaire.

Le fraichement élu président de la Mudesta M. Ettien K. Arthur et ses conseillers MM Kassi Kacou, Allou Jean (membres de l’ex- présidium) n’ont pas usé du dos de la cuillère pour tirer la sonnette d’alarme. L’école va mal dans le village. Autrement dit l’horizon est noir et une thérapie de choc s’imposait en effet.

La marche vers les classes de cours est perturbée par une forme d’épine calcanéenne dénommée orpaillage clandestin. Dans cette partie de la Côte d’Ivoire, les aillons d’éboueurs remplacent les tenues scolaires. La région (Moronou voire tout l’Est du pays) est un véritable Far West. La course à l’or s’est transmise de père en fils. Du coup les 7 heures de cours journaliers sont perçus comme une perte de temps.

Lire Aussi Éducation/ Niveau des élèves : la Côte d’Ivoire est avant-dernière de la classe en Afrique francophone (Pasec) !

Cette pratique met  en péril à la fois l’éducation des enfants-donc l’avenir-et la biodiversité. A ce niveau il n’y a  que les effets néfastes des produits chimiques utilisés par ces exploitants artisanaux sur l’environnement. En fait l’orpaillage clandestin a engendré une jeunesse partisane du moindre effort.

Ces vaillants agriculteurs ont foulé aux pieds les habitudes culturales au profit de miettes générés par l’appauvrissement de leurs propres terres. Comme quoi  mettre fin à l’orpaillage clandestin à Tanosso aura le triple impacte de sauver à la fois l’école, l’environnement et des vies. Il faut sauver Tanosso !

Lire Aussi : Mariatou Koné : pour sauver l’école ivoirienne, la méthode école d’une ministre [quasi] anticonformiste !

Ces assises, il convient de le souligner, s’inscrivent dans le cadre des Journées de Développement de Tanosso (JDEV) dont la 2è phase est prévue se dérouler au moins d’août prochain. Notons que la Mudesta a bénéficié de l’accompagnement de la Compagnie Ivoirienne d’électricité (Cie) et de la marque Cristalline (Solibra) en ce concerne les lots de récompense.

Marius Aka Fils   

commentaires
Loading...