Affaire Agrobusiness en Côte d’Ivoire : attention à ‘’ l’amalgame, Green Label’’ !

0

 

4

Agrobusiness, un modèle économique  adapté au cas ivoirien. Tout semblait marcher et patatras. Depuis, un flou artistique entretenu autour de ‘’l’affaire MonHévéa.com/Agronomix’’. Le confrère Aujourd’hui qui semble introduit,revient régulièrement sur ce dossier brulant. Puis cette manchette du N°1444 du mercredi 02 janvier 2019 à fort potentiel ‘’d’amalgame’’.

Une image devenue ‘’standard’’ dans l’illustration de l’épargne verte. Celle-là qui met en scène des pièces d’argent superposées et soutenant solidement des plants en gestation. Elle est peut-être libre de droits. Puis  on l’a retrouve souvent sur les visuels publicitaires des opérateurs du secteur de l’Agrobusiness.

En 2017, l’image fut utilisée pour une campagne médiatique de l’entreprise Green Label. Avec une accroche pas du tout mal non plus : « Qui sème du Teck récolte des millions ! » Les Abidjanais surtout l’on vu à travers le réseau Outdoor.

Pour sûr, en prenant cette créa du reste ‘’passe partout’’ pour la belle Une de son hebdomadaire Aujourd’hui, le tout aussi professionnel confrère Joseph Titi n’avait nullement l’intention de créer la confusion. Le journaliste a certainement fait recours à cette identité visuelle pour attirer au mieux l’attention du lectorat sur le dossier Agrobusiness ( Aujourd’hui N°1444 du mercredi 02 janvier au mardi 08 janvier 2019). D’autant que des milliers de personnes attendent le dénouement de cette affaire Agronomix pour au moins recouvrer leurs capitaux investis.

Le hic est que le terme Agrobusiness est très proche de l’Agro-reboisement dans lequel s’inscrit la société Green Label. Encore que celle-ci promeut un business model ( Ndlr : Acquisition de parcelle de Teck à partir vingt-mille Francs Cfa). En un mot, une autre forme  d’Agrobusiness.

Possiblement préjudiciable à Green Label et pourtant

Seconde hypothèse, du faite de sa campagne publicitaire précédente, il n’est pas impossible que l’usager lambda face un lien ( l’image) avec ce reboiseur par le Teck.  Bien que n’en étant pas propriétaire. Ce qui lui serait gravement préjudiciable. Parce qu’il est bon de savoir qu’à la faveur de ‘’l’Agrobusinessgate’’, tous les opérateurs du secteur ont été passés au peigne fin par les pouvoirs publics. Opération qui a occasionné la disparition de la majorité.

De ce filtre est sortit haut les mains Green Label. En plus d’avoir démontré la viabilité de son modèle et sa force de proposition pour un reboisement efficace en Côte d’Ivoire. Tout en résolvant à la fois une grande équation socioéconomique et environnementalewww.inprouvafrica.com remplit ici son devoir d’appui un acteur  de développement de l’Afrique. Notre mission est là.

Marius Aka Fils

commentaires
Loading...