Affaire argent de campagne détourné : ce que Ouattara doit savoir sur le Moronou et Théophile Ahoua N’Doli

0

Le nom Théophile Ahoua N’doli figurerait sur la liste des cadres du Rhdp à qui Ouattara demande des comptes après l’échéance du 31 octobre. Le coordonnateur Rhdp du Moronou serait accusé de n’avoir pas réussi sa mission électorale malgré les moyens qui lui aurait été mis à disposition.

4

Les faits

Selon des sources concordantes ,le 31 octobre dernier, le point de la situation dans le Moronou s’établissait comme suit :

Département de Bongouanou/ Commune de Bongouanou « Pas de bureaux de votes ouvert en ville et dans tous les villages de la commune. » Sous/Préfecture (S/P) de N’Guessankro « les urnes saccagées ce matin à N’Guessankro ». Même constat dans la S/P d’Andé et villages dépendants. Situation similaire dans la S/P d’ Assiekoumassi où aucun bureau de votes n’a ouvert de même que dans ses bourgades satellites. Le département de M’Batto, précisément dans la commune où les urnes ont étés retirées de la gendarmerie puis  brûlées, n’y ont pas échappé. Même décor à Assahara, Tiemelekro et à Anomanba. Au final, dans tout le Moronou seul le département d’ Arrah a connu une relative ambiance de vote ce jour-là. Là encore les choses se sont limitées à la commune. D’autant que dans cette partie du territoire Môrôfouê, les S/P de Kotobi et de Kregbé n’ont également pas participé à ladite échéance. Soulignons qu’il s’agit là de faits rapportés, recoupés et consolidés autour de 12h 30 minutes précises. Même dans un optimisme prudent, on ne peut pas dire que la situation ait vraiment évolué avant le deadline officiel de fermeture des bureaux de vote.

Lire Aussi : Côte d’Ivoire : ces quatre (4) grandes victoires politiques de la rue !

 À la ‘’décharge’’ de l’Inspecteur général

En somme il n’y a pas eu élection dans le Moronou. Non pas parce que Ahoua N’doli et sa coordination n’ont pas essayé. Mais plutôt pour deux raisons fondamentales. La première est que cette partie du pays est la chasse gardée du Fpi. Affi N’guessan a en revanche un challengeur. Mais un seul : le Pdci. Du coup,  le fait que le récent  prisonnier du régime Ouattara et Henri Konan Bédié ait appelé au boycott de l’élection a considérablement plombé l’opération dans cette zone. Le peuple Agni du Moronou a largement suivi la consigne de désobéissance civile donnée par ces leaders. Leur (têtes couronnées) distribuer des liasses d’argent, offrir des vannes ou des 4×4 n’a pu  rien changer malheureusement. L’autre raison est liée au conflit intercommunautaire survenu dans ladite localité. Ce climat de méfiance né de ces démêlés s’est avéré un véritable facteur limitant. Les quelques pro-élections s’y trouvant se sont vu freinés dans leur élan de mobilisation. Certainement pour ne pas remuer le couteau dans une plaie alors fraiche.

Lire Aussi : Développement : Dr. Avion Kouassi invite le Moronou à rendre hommage au Président Ouattara

Quand l’argent génère un optimisme aveugle

L’Inspecteur général de l’État aurait dû tenir un langage de vérité avec son mentor. Ahoua N’Doli a pleine conscience que la terre Moronou n’est pas encore propice à la graine Rhdp. Et aucun fertilisant ne saurait changer la donne. Malheureusement l’ancien compagnon de Daniel Kablan Duncan avait obligation de résultat. Dès l’instant qu’il s’est prêté volontaire pour cette mission du reste ‘’suicidaire’’. Les yeux étant rivés sur le bastion du porte-parole de la plateforme de l’opposition qu’est Pascal Affi , le « grand commis » de l’État  n’a certainement pas eu le courage de procéder au bourrage d’urnes. Contrairement à d’autres cadres qui se félicitent sans vergogne de leur bilan. Hélas, il va falloir assumer.

Marius Aka Fils     

commentaires
Loading...